Conseil
ClubPhotosResultatsliensaccesContactInfosConseilAlimentationVideoSante

[Accueil][Conseil]

 

Pour que votre chiot devienne un chien bien dans sa peau
 
Une adorable boule de poils est venue agrandir la famille, et tout le monde se réjouit. Mais rapidement surviennent les premières interrogations, les premiers doutes : est-ce que l’on procède correctement ?
 
En se mettant quelques instants à la place de ce chiot, on comprend les perturbations consécutives aux changements survenus au cours de sa courte vie : il vient de quitter sa fratrie, l’environnement dans lequel il est né et a grandi, les personnes qu’il a côtoyées, ainsi que le rythme et l’organisation passés de son temps.
 
Quels bouleversements pour bébé chien !
 
On trouve de nombreux conseils pour l’aider à bien passer ce cap, depuis le fait de l’enfermer dans la cuisine, quitte à le laisser hurler toute une nuit, jusqu’à la boite (le fameux « kennel ») qui empêchera les pipis disséminés dans la maison et d’éventuelles destructions, en passant par le garage (où on ne l’entendra pas), ou alors le lit des enfants (pour qu’il ne se sente pas seul).
Je pense que nous devons tenir compte de la détresse ressentie par ce petit animal qui ne reconnait rien dans son nouvel environnement et se trouve devant tant de nouveautés. Il a besoin d’être rassuré et sécurisé, mais il a aussi besoin de connaitre les premières limites. Si on veut l’aider à devenir un adulte bien dans sa peau, sûr de lui mais conscient que tout n’est pas permis, on doit lui donner les bonnes bases.
 
Les premières nuits
 
Si votre chiot exprime son désarroi par des signaux sonores (gémissements, pleurs, aboiements…), des destructions ou des excréments laissés un peu partout, rien de vous interdit de le prendre dans votre chambre pour quelques nuits.
Attention, pas dans votre lit !
Mais on peut poser son panier au sol, et l’éloigner au fur et à mesure du temps qui passe et de son habituation à son nouveau lieu de vie. Il se sentira ainsi rassuré par votre présence dans la même pièce durant la nuit, mais apprendra, grâce à vous, qu’il sera bientôt temps de prendre ses distances et de dormir à sa place, comme un grand. On déplacera donc progressivement le panier vers le pas de porte, puis dans le couloir, et enfin à la place qu’on lui aura attribuée.
 
Socialisation, sociabilité, sociabilisation… que de mots compliqués !
 
Selon les expériences que votre chiot aura vécues, il sera plus ou moins assuré dans le monde des humains. Si son milieu d’élevage était pauvre en diversité (machines à laver, à aspirer, à tondre, voitures et motos…), s’il a (ou n’a pas) connu de personnes étrangères en dehors des éleveurs, des enfants et d’autres animaux, il risque de les craindre et de ne pas savoir se comporter avec eux. Il faudra alors que vous veilliez à lui faire faire connaissance avec tout ce qui lui a manqué, mais de manière très progressive. Une familiarisation croissante avec les objets et les bruits de la maison, des promenades de quelques minutes dans des lieux variés, avec une fréquentation croissante, lui feront emmagasiner de plus en plus d’informations sur ses congénères et les humains.
N’oubliez pas de protéger votre adorable boule de poils de l’enthousiasme des enfants, parfois tellement exubérants qu’ils en deviennent pénibles et peuvent lui faire mal sans le vouloir.
 
La propreté : jamais assez rapide (pour les propriétaires)
 
Un autre point qui suscite souvent l’impatience des propriétaires est de savoir quand Petit Loup va devenir propre. Il n’est pas possible ici de reprendre tous les points qui ont été traités à plusieurs reprises dans ce magazine, mais on peut garder en mémoire quelques règles de base :
1   Le sortir immédiatement après qu’il ait joué, mangé, bu ou dormi. Pas le temps de prendre votre veste et de mettre vos chaussures, il va avoir besoin de se vider très vite après l’une de ces activités, alors anticipez ou dépêchez-vous !
2   Félicitez-le et récompensez-le immédiatement, dès qu’il a terminé. Ce n’est pas le moment de le faire attendre pour chercher sa friandise, il faudrait qu’elle ait été préparée auparavant.
3   Délimiter son espace surtout lorsqu’il est seul : cela vous évitera d’avoir à nettoyer toute la maison et lui apprendra qu’il ne dispose pas de tout le territoire pour s’ébattre.
4   Promenez-le le plus souvent possible, vous aurez ainsi l’occasion de le féliciter fréquemment, et donc, de lui faire mémoriser qu’il est plus gratifiant de faire ses besoins dehors, qu’à l’intérieur de l’habitation.
5   Ne rentrez pas à la maison dès qu’il a fait ses besoins à l’extérieur, il apprendrait à se retenir le plus longtemps possible pour reculer le moment du retour.
6   Récompensez tous les bons comportements (élimination dehors), ignorez les mauvais (élimination à l’intérieur).
7   Soyez indulgents et patients, c’est encore un petit animal ! Les enfants humains ne sont pas propres aussi vite que les chiots le sont…
 
L’apprentissage de la solitude
 
Votre chiot est tout petit et fragile, et vous estimez qu’il a besoin d’affection, mais n’oubliez pas qu’un jour, il faudra qu’il reste seul. Même si ce n’est que l’espace de quelques minutes, il doit apprendre à vivre votre absence sereinement, et pas comme un déchirement.
Commencez par le laisser quelques minutes dans une pièce, quand vous êtes dans une autre. Ne faites pas de « cinéma » en partant, ni en revenant, il faut qu’il vive cela comme un épisode normal de la vie de tous les jours. Si vous en faites un évènement, vous lui montrez qu’il a raison de s’angoisser puisque vous éprouvez le besoin de théâtraliser la situation. Augmentez progressivement le temps d’absence, et sortez de chez vous en l’y laissant quelques instants, lorsque vous estimez qu’il est prêt à passer à l’étape supérieure.
Plus vous lui faites vivre tôt cet apprentissage de manière progressive, mieux il vivra cette solitude, qui peut amener les chiens à des manifestations d’angoisse terribles quand ils n’y sont pas préparés.
 
Les mordillements, inquiétants parfois
 
Non, les chiots ne sont pas agressifs ou potentiellement dangereux lorsqu’ils mordillent, ils sont juste en train d’exercer leur mâchoire. Ils expérimentent différentes textures, découvrent qu’il faut mordre fort pour attraper un bout de bois mais qu’il vaut mieux éviter de s’attaquer à la peau humaine, que les croquettes sont plus dures à broyer qu’un morceau de viande, qu’un bout de plastique est moins savoureux qu’une friandise… tout cela est tout à fait normal, il faut un peu de temps et de patience de la part des propriétaires pour faire passer plus rapidement cette attitude un peu déstabilisante.
Vous vivez une magnifique expérience avec ce chiot, mais elle est aussi faite de petites difficultés. Si la tâche vous parait trop difficile à mener tout seul, n’oubliez pas qu’il y a des professionnels pour vous seconder !
 
Le chien voleur
 
Évitez de donner de mauvaises habitudes à votre jeune chien ,il ne doit pas manger à longueur de journée. Les repas sont à heures fixes.Vous ne devez pas céder à ses quémandages de friandises même si il a l'air malheureux et vous fait des yeux langoureux,isolez-le lorsque vous êtes à table s'il devient trop insistant.Si vous pratiquez l'éducation avec récompenses (ce qui est bien) n'ayez pas la main trop lourde sur les friandises,une petite croquette peut suffire pour récompenser une bonne action.La caresse marche aussi très bien et a l'avantage de ne pas faire grossir.Evitez aussi les tentations trop grandes : ne laissez pas des choses trop appétissantes à portée de votre chien quand vous ne pouvez pas le surveiller.
 
Définir sa place dans la hiérarchie familiale.
 
Le chien est à l'origine un animal vivant  dans une meute hiérarchisée. Même si avec le temps et la domestication cette notion d'animal de meute est quelque peu diluée, il n'en est pas moins vrai que pour votre chiot sa nouvelle meute sera votre famille.
Dans l'espèce canine, tous les rapports sociaux sont hiérarchisés; il n'y a que des dominants ou des dominés, le rapport d'égalité n'existe pas. Si ce n'est pas vous le chef, ce sera donc lui, avec tous les risques que cela comporte. L'erreur  à éviter est de donner à votre chien des signes qui peuvent lui donner l'illusion qu'il est le chef de la maison, ce qui deviendra vite une situation invivable et dangereuse pour lui comme pour ses propriétaires.
Le chien doit passer après les membres de la famille et pour cela il est nécessaire de le lui faire comprendre par un ensemble de conventions :
   - Caresses, friandises etc.. ne sont données qu'à la décision du maître et non à la demande du chien.
    - interdire les excès de mordillements en le secouant par la peau du cou et en disant NON sèchement,éviter les jeux excitants
    - Les maîtres mangent avant le chien. Ne rien lui donner pendant les repas. Le chien dispose d'une gamelle et d'une nourriture à part, il n'a pas accès à la nourriture au moment du repas, il doit accepter sans grogner qu'on lui retire son os ou sa gamelle.
    - Lui interdire l'accès aux chambres, lui interdire les  fauteuil, canapés, ... Votre chien doit avoir un endroit déterminé bien à lui. Si le chien a droit aux lits, canapés.., il doit en descendre dès qu'on le lui ordonne. Ne jamais laisser votre chiot s'approprier votre place ! Cet instinct de propriété est la source future de graves problèmes. Vous devez corriger  votre chien immédiatement et tant qu'il est encore chiot. Dans la mesure du possible, mettez-lui son panier dans une pièce neutre (salle de bain, couloir, garage, ...) et habituez-le à y rester enfermé quelques moments dans la journée, et la totalité de la nuit.
 
Les premiers pas en laisse : 
Arrivé à la maison apprenez rapidement à votre chiot à supporter son collier. Cela ne représente généralement aucune grosse difficulté, tout au plus votre chiot va se gratter le cou.
 Essayez dans un deuxième temps (lorsqu'il sera parfaitement habitué à son collier) de le mettre en laisse.
Parfois c'est le moment où surviennent les problèmes. Il va s'opposer au port du collier et de la laisse. Il va refuser de se déplacer, tirera dans tous les sens en se débattant ou au contraire s'allongera et vous opposera sa force d'inertie.
Alors que faire ?
Secouez la laisse par quelques petites tractions pour obliger votre chien à se déplacer. Dès qu'il avance flattez le. Montrez lui que vous êtes content et fier de lui.
Si c'est le refus catégorique, ne surtout pas punir ou élever la voix ce qui ne ferait qu'aggraver le blocage.
Sortez votre chiot et allez le promener dans un endroit vaste et sans circulation. Vous lui mettez alors la laisse et vous le laissez se "débrouiller" tout seul, la laisse traîner par terre. Vous vous éloignez et vous l'encouragez à vous suivre en le félicitant ou en le tentant avec des friandises. Vous pouvez être sûr qu'au bout de quelques minutes votre chiot va se déplacer et venir vers vous. Continuez alors la promenade en laissant votre chiot gambader et traîner sa laisse derrière lui. Le stress de la laisse et du collier sera ainsi très vite oublié.
 
La marche en laisse :    
Plus tard quand il sera parfaitement habitué à sa laisse, il aura tendance à vouloir aller de l'avant et aller toujours plus vite, ou à tirer à gauche et à droite pour aller jouer, ou à traîner le nez au sol à la recherche des bonnes odeurs. Une chose est sûr : ce n'est plus vous qui promenez votre chien mais votre chien qui vous promène et qui vous impose sa cadence.
Comment faire pour ne pas se faire "remorquer" par son chien ?
Votre chien doit comprendre qu'il n'y a qu'une position "confortable" pour lui, c'est quand il est au pied de son maître. Quand il est dans cette situation (son épaule à hauteur de votre tibia, de votre genou ou de votre cuisse ... tout dépendra de la taille de votre chien ... ou de la votre :) ) ne tarissez pas d'éloges, flattez votre chien, parlez lui "c'est bien bébé, tout près, au pied, ..." (répétez toujours le commandement "AU PIED").  Par contre dès qu'il vous devance ou tire sur sa laisse ou traîne ou s'écarte, tirez la laisse d'un coup sec en disant "Non!". S'il persiste changez de direction : il veut aller à gauche alors allez à droite, il vous devance en tirant sur sa laisse alors faites demi tour. Toutes les fois que la laisse sera tendue, tirez la laisse d'un coup sec en disant "Non". Par contre aussitôt revenu à votre pied flattez le à nouveau "c'est bien, au pied, ..." avec une voix douce et réconfortante. Votre chien va vite comprendre le sens du mot "AU PIED" ce qui sera bien utile lorsqu'on lui apprendra le rappel.
Après chaque leçon, détendez votre chien. Faites des séances d'éducation courtes et répétées. Souvenez vous que les exercices d'éducation ne doivent pas être une corvée ou une punition pour votre chien mais quelque chose de naturel et d'agréable. Ne lassez pas votre chien par des séances interminables !
Si vous pratiquez ainsi votre petit rebelle comprendra très vite qu'il n'y a qu'une position "confortable" et marrante pour lui, c'est quand il est sagement au pied de son maître et que tirer sur sa laisse, traîner est nettement plus désagréable. 
 
La marche au pied sans laisse :
Si votre chien a parfaitement assimilé le principe de la marche en laisse  ("qu'est-ce que c'est agréable de rester au pied de mon maître") et que sa suite est parfaite (ne pas brûler les étapes), on pourra passer à l'étape suivante : la marche au pied sans laisse.
Pour ce faire, mettez néanmoins votre chien en laisse et commencez à marcher.  Quand il est bien à votre hauteur répétez en le flattant de la voix "c'est bien, au pied, au pied". 
Puis vous allez lâcher la laisse et vous continuerez votre promenade. Si l'étape précédente a bien été assimilée (marche en laisse) il n'y a aucune raison que votre élève se mette subitement à détaler devant vous.
Par contre, puisque votre chien a toujours sa laisse pendante autour du cou, vous allez pouvoir le corriger immédiatement si il venait à oublier ses bons principes. Vous allez marcher sur sa laisse et vous arrêter toutes les fois qu'il vous devance de plus d'une encolure. Il subira ainsi une saccade et aussitôt vous lui donnez l'ordre "au pied" et vous le félicitez dès qu'il sera revenu à votre hauteur. S'il traîne, s'écarte, renifle les bonnes ... ou mauvaises odeurs, saisissez vous de la laisse en tirant un coup sec et donnez l'ordre "au pied". Félicitez le dès qu'il est revenu en bonne position.
Très rapidement vous allez vous rendre compte que votre chien vous suit sagement et joyeusement au pied. Vous pourrez alors le libérer de sa laisse
Etre toujours cohérent dans les ordres donnés et dans son comportement : ne pas changer tous les jours ce qui est autorisé ou ce qui est interdit sous peine de créer une incompréhension totale.

                ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un maître dont le chien est bien élevé est un maître heureux

Un animal bien éduqué est un animal heureux

[Accueil][Club][Photos][Resultats][liens][acces][Contact][Infos][Conseil][Alimentation][Video][Sante]

Copyright (c) 2010 CSCO. Tous droits réservés.

bergerd@neuf.fr